Les voyages passés

   SENEGAL 2019
   BELLE-ILE 2018 !
   CUBA NOVEMBRE 2018
   CUBA AVRIL 2018
   CUBA 2017
   BELLE ÎLE 2017
   THAILANDE 2016
   MIAMI, HAITI, NYC 2016
   BELLE-ÎLE 2015
   CALIFORNIE 2014
   BELLE ÎLE 2014
   ALBANIE 2014
   OUZBEKISTAN 2014
   SAN-FRANCISCO 2014
   BELLE-ILE 2014
   CUBA 2013
   BELLE ILE EN MER 2013
   ALBANIE 2013
   CUBA 2012
   BELLE ILE 2012
   BELLE ILE 2011
   CUBA OCTOBRE 2011
   PRAGUE-BUDAPEST 2011
   BEST OF HOLLAND 2011
   DAKAR 2010
   TUNISIE 2010
   BELLE-ILE 2010
   CUBA MAI 2010
   YEMEN 2010
   BELLE ILE 2009
   CUBA 2009
   DAKAR 2008
   BELLE ILE 2008
   TUNISIE 2008
   SAN FRANCISCO 2008
   AMSTERDAM 2007
   BARCELONE 2007
   BELLE ILE 2007
   HOLLANDE 2007
   BEST OF HOLLAND 2007
   BEST OF HOLLAND 2006
   DJERBA 2007
   MARRAKECH 2007
   CUBA 2006
   CALIFORNIE 2006
   LAC DU DER 2006
   BELLE-ILE 2006
   YEMEN 2006
   Marrakech Marathon 2006
   AMSTERDAM 2005

Accueil Voyages Voyages passés

CUBA NOVEMBRE 2018
par : Claire

Dates du voyage du 7 au 22 novembre 2018

Un voyage que nous appellerons « mission accomplie » !

Mission accomplie car pour ce voyage roller dont le point fort était le marathon Marabana Maracuba qui a lieu tous les 3ème dimanche de novembre à Cuba.



les dons que Christophe Audoire avait fait pour le club de Trinidad, et encore du matériel pour eux !


Nous avons apporté une grande quantité de matériel roller et surtout quasiment 50 kilos de roues de 110 spécial course offertes par Christophe Audoire de « Ligne Droite », qui sponsorise depuis des années la fédération camerounaise de roller et qui cette année s’investit avec Planet Roller pour approvisionner les clubs de Cuba que Planet soutient, par exemple depuis 10 ans les « Los Angeles de Trinidad » et depuis l’année dernière les « Roller Power de Santiago » !



Notre groupe avec les enfants et les jeunes de la calle santa Rosa en roller !


Rien ne se passe comme on croit ! Et les voyages Planet Roller l’ont bien prouvé depuis un an avec 3 séjours à Cuba (octobre 2017 avec Alejandro, coach de cette aventure, voir l’article …http://www.planetroller.com/CUBA-20...

En avril 2018 bel approvisionnement de matériel roller pour les « Los Angeles de Trinidad » sous les yeux de notre journaliste Anto Paoli qui fait un article encourageant à poursuivre cette action roller à Cuba : Création du club de Santiago, randos multiples avec les jeunes et les enfants …

Et dernièrement, novembre 2018 la Marabana, le célèbre marathon cubain auquel Planet roller avait participé en 2000 et en 2002 !

Le Marabana est un marathon à pieds. Un marathon populaire pour les Cubains mais depuis 2000 (nous l’avons vu) il y a des rollers. Et cette année, pour la première fois, des clubs de rollers, et ils sont nombreux, de toutes les provinces de Cuba, étaient présents.



Titi avec un enfant du club des Los Angeles de Trinidad dans leur combi faite par les mamans !


Dès le mois de mai Romu et Béa s’inscrivent pour être de ce voyage ! Assurance garantie de partir car 2 inscrits et le groupe suit !

Nous sommes bientôt une douzaine !

Nous arrivons à Santiago, fief d’Alejandro qui nous fait visiter sa ville natale avec passion, qui nous propose un soir un dîner (qui est prévu ensemble dans le programme) où il nous met dans un taxi par petits groupes en disant » le taxi sait où c’est , on vous attendra là bas, on parle français »



Notre groupe , avec Adrian, Carlos et Kevin qui se sont joints !!


C’est mystérieux en diable ! Et en effet le taxi s’arrête devant un petit sentier dans un quartier sur les hauteurs de la ville, c’est la nuit, les étoiles brillent, l’endroit est désert...un grand noir très beau et très élégant est là, à l’orée de ce petit sentier, le taxi s’arrête et ce personnage fascinant nous tend une grande main aux bagues en argent , et en souriant nous accueille en français. Waouh !

Il nous conduit par le sentier jusqu’à une grande table dressée dehors sous les bougainvilliers où un dîner succulent nous est servi … !

Ensuite il y aura des concerts, Cuba est le pays du « son », le carnaval Conga que j’avais tant aimé en avril, des randos avec les jeunes jusqu’au cimetière hélas fermé car à Cuba aussi on change d’heure en novembre (on se demande bien pourquoi …) ...les jeunes nous escorteront en roller 4 jours plus tard au moment du départ jusqu’à la gare routière d’où nous partons pour Trinidad !



En rando vers le cimetière Santa Ifigenia à Santiago avec le club local !!


Trinidad, 2ème étape, rendez vous avec notre club partenaire, et visite d’une ville historique remarquable. Le clou de cette étape c’est la rando jusqu’à la plage, une route au revêtement idéal sur le début mais qui se gâte plus loin, les trous et le sable parsèment la chaussée et il fait chaud ! Mais quel bonheur, car j’avais raté cette rando déjà 2 fois (mal au pied une fois, et visite de la cascade à la place une autre fois .. !).

la plage est envahie par les touristes car c’est la saison, alors qu’en avril nous avions une plage quasiment déserte et très propre …

Cette rando que j’ai tant attendue a lieu le matin et entre nous car c’est jour d’école, mais les enfants nous rejoignent en fin d’après midi avec les mamans, les papas, la musique et un énorme gâteau d’anniversaire des 10 ans des Los Angeles et des 20 ans de Planet !

Après 3 jours à Trinidad, c’est le départ pour la Havane. Transport en bus Viazul, ils sont confortables et très ponctuels nous avons opté pour cette solution cubaine.

Voyager de jour permet de voir le paysage, il verdit de plus en plus pour mon bonheur car j’ai connu ce parcours (l’autopista centrale) bordée de champs .. non de terrains ...vagues ? Car comment définir une nature en friche sur des kilomètres et pendant des années …

Bien sûr les immenses plantations de cannes à sucre sont toujours là, c’est la région et l’économie de Cuba, mais à présent du bétail, des vergers, des arbres, la vie reprend !

A l’arrêt pipi notre bus déclare forfait, il est « cassé » ! nous sommes à 104 kilomètres de la Havane, il est midi !

Lorsque nous descendons du bus pour ce que je dis plus haut, tout va encore bien. On voit les chauffeurs tripoter le moteur, ça va repartir ...que nenni, on nous fait passer le mot que le bus ne peut plus rouler et qu’un autre bus va arriver … 4 heures plus tard ! … nous ne serons pas à la Havane pour passer l’après midi, espérons pour la soirée !

Mais l’attente est sympa, ces relais qui étaient de simples cabanes sont devenus des boutiques achalandées, souvenirs de Cuba de toutes sortes, et où passent de nombreux voyageurs à présent ! Il est pourtant encore possible de traverser l’autoroute et même sans se presser !

Le trafic est calme ce qui ne sera plus le cas à l’arrivée à la Havane maintenant embouteillée comme n’importe quelle capitale au monde.

A l’arrivée dans la soirée, nous nous installons chacun chez nos hôtes calle San Rafael. Zanja et le quartier chinois sont juste à côté, nous résidons dans ce qui s’appelle centro Habana tout près de Habana vieja qui est la ville ancienne, excessivement bien restaurée d’années en années, et à présent très touristique mais toujours belle avec son âme cubaine.

Les quartiers anciens ont été l’objet d’un projet où on garde les habitants sur place, on emploie les jeunes en les formant aux métiers de la restauration des bâtiments, on garde les écoles et les familles sont relogées sinon dans leurs immeubles rénovés, dans des maisons proches de leur habitat. Ma présentation est un peu angélique mais restons en là car il y a du vrai !

Nous passons cette première soirée havanaise sur la terrasse de l’hôtel Ingleterra Il a plu, le ciel semble déchiré entre le bleu sombre et le gris avec des petits nuages blancs au loin et les lumières de la ville restaurée offrent un spectacle de toute beauté. Partout où l’on se tourne on est face à un ange qui joue de la trompette au haut d’une coupole, au autre tend son arc sur une autre coupole plus loin … les toits de la Havane, la ville enfin illuminée, de plus en plus chaque année !

C’est un moment qui réconforte malgré un petit vent … il fait frisquet à la Havane 21°, ça nous change des 30° de Santiago …

Le lendemain matin c’est la visite de la ville, histoire de ne pas se perdre plus tard lorsque les balades shopping vont partir dans tous les sens !

Et puis on se met au réglage des roues car il faudra être à 7 heures sur la place du Capitolio demain matin ! Mama mia ! On nous dit 7h et ça commence à 10h et c’est une petite balade de 3 kilomètres ! Le vrai marathon de 42,195 km ce sera dimanche matin.

Donc samedi, les enfants viennent de toutes les provinces, Yoelvis et les « Los Angeles de Trinidad » sont là et c’est une première car ils sont en roller et moi j’ai rien compris, je m’étonne que des enfants fassent aujourd’hui 10 ou 20 km …. on se met en place et on me confie deux petites filles, très mal équipées et une d’elle, la plus jeune, semble assez inquiète …

je me retrouve bonne dernière avec mes deux chérubines et je perds très vite le peloton ..heureusement Fabrice me suit et les prend en charge me voyant désespérée de ne pouvoir avancer …

Enfin seule je m’aventure jusqu’au Malecon où des flics en moto gardent l’entrée. Le Malecon c’est cette merveilleuse promenade du bord de mer à la Havane. Il est désert, pas une voiture, je m’y engage mais ne voyant personne en roller à l’horizon je me crois bonne dernière, un peu triste, « ils m’ont abandonnée » « ils sont loin devant » … peu importe la route est à moi, j’en profite et j’arrive au Vedado, j’ai donc fait quelques 8 kilomètres … ?

en ne voyant toujours personne à l’horizon j’en déduis que je suis si loin derrière que je ne les rattraperais jamais. Je vais me retrouver à Miramar et je ne connais pas trop bien le quartier en plus il n’y a plus aucun flic en vue pour m’indiquer le chemin, et de plus en plus de voitures maintenant, alors je biaise. Je tourne et remonte des avenues que je connais vers le centre,… courageusement je chope Concordia une rue qui va au Prado et qui est maintenant entièrement bitumée, de toutes façons je constate avec cette rando improvisée que ces rues de centro Habana sont en bon état et le dimanche matin, débarrassées des voitures (je n’ai pas perdu mon temps !).

Me voilà revenue au Capitolio ...il y a belle lurette que tout le monde a fini car ce matin c’était 3 kilomètres ! ...Ah bon ! Alors c’est pour ça qu’il n’était pas incongru de faire faire cette balade aux enfants …. !

Demain le marathon commence à 7 heures !

Rencontrer des rollers des Etats unis, la jeune championne du monde de roller… etc … il y avait ici des rollers en pagaille et aujourd’hui seuls nos 5 courageux patineurs de Planet Roller sont prêts à marathoner... hier c’était pour les rollers, pour le plaisir, pour la vue, pour la fête …



le samedi matin en rollers place du Capitolio avec les jeunes de Cuba en roller et Alejandro


La championne américaine distribuait des cadeaux, les jeunes des provinces étaient là, Alejendro est interviewé par une journaliste américaine... mais aujourd’hui dimanche le marathon c’est pour les coureurs à pieds et les rollers n’ont aucun intérêt à le faire vu qu’il ne compte pas pour eux même s’ils ont une puce !

Notre voyage ce sont aussi des vacances, lundi matin nous partons pour Varadero nous baigner dans la mer turquoise.

Je ne suis pas retournée à Varadero depuis des années, j’ai connu cet endroit plein de nature mais entrain d’être défriché pour construire des hôtels...je ne reconnais rien, sauf la mer, toujours sublime à cet endroit.

Je m’octroie donc de prendre le bus qui va jusqu’au bout de la presqu’île... partout des routes, j’ai dans l’idée que c’est un transport touristique pour voir le panorama ...mais je ne vois que des hôtels ! Ce « transport touristique » c’est celui que les clients des hôtels utilisent pour regagner leurs chambres ! On dirait Djerba, ou n’importe quel sublime endroit de nature envahi par les hôtels « resorts » pour touristes qui n’en bougent pas …

Et en prime on n’a pas pris les rollers car des années plus tôt je me suis faite rembarrée par les flics à Varadero car nous circulions en roller et c’était devenu subitement interdit, la route est excellente … sauf que maintenant la route est toujours excellente et le soir, à la fraîche, sur la route bien éclairée … il y a des rollers … et ce n’est pas nous … dommage !

On revient à la Havane pour se préparer au départ … partir pour mieux revenir ! Rentrer à Paris dans le brouillard. Il fait ...0° chez nous …. ! Normal on est en décembre ! Je n’étais jamais rentrée par si grand froid ! Il y a un début à tout !



Accueil | Plan du site | Crédits | Info légal   
© Planet Roller 2001-2015 (v 3.9)